Une pièce à conviction de 250 pages de discussions entre le géant américain et d’autres sociétés à la pointe de la technologie fait état d’un vol de données personnelles des utilisateurs de quelques réseaux sociaux par le biais du VPN Onavo. Facebook aurait en effet collecté des données personnelles afin de les utiliser contre ses compétiteurs.

Facebook est-il en position de force ou de faiblesse ?

C’est le portrait d’un géant dans une posture de souris apeurée que décrit le document présenté devant le Parlement britannique. En effet, Facebook surveillait étroitement ses compétiteurs à l’instar de WhatsApp et Snapchat que voulait racheter l’entreprise de Mark Zuckerberg. Sa stratégie consistait à recueillir le plus d’informations possibles sur ses concurrents, afin de déterminer lesquels seront sur la liste d’acquisitions. En parlant de rachat, WhatsApp et Snapchat étaient des cibles d’acquisition selon le document dans des informations classées « top secret » qu’a dévoilé le président du comité du parlement britannique, Damian Collins. Il a été affirmé que celui-ci a mené des études approfondies des entreprises concurrentes de Facebook. On retrouve des chiffres comparatifs d’influence sur les abonnés des dites applications. Cependant, les mêmes documents affichent Facebook (72,6%) et Instagram (34%) en tête des sondages auprès des Américains sur le système iOS. L’évolution rapide de Snapchat au niveau de la portée sur le territoire américain a pu être un facteur déterminant qui a poussé le réseau blanc et bleu à considérer Snapchat comme une menace très sérieuse qui occupait le 16e rang juste derrière Facebook. Car une action a été intentée pour le rachat de Snapchat au prix de 3 milliards de dollars. Cette tentative s’est soldée par un échec. Ce refus n’a pas découragé Mark Zuckerberg qui a très explicitement copié la fonction stories de Snapchat.

À quoi sert vraiment ce VPN Onavo ?

Il s’agit d’un service de VPN gratuit que propose Facebook à ses clients iOS et Android servant à protéger les données individuelles des utilisateurs contre toute tentative d’espionnage. Mais encore, les documents cités plus hauts tendent à affirmer le contraire. Ils attestent que Facebook aurait recueilli les données de sa clientèle sur les applications adverses. En d’autres termes, le VPN Onavo, créé pour protéger les informations des abonnés serait en réalité un cheval de Troie usité par la firme créée en 2004 pour obtenir des informations sur les préférences des uns et des autres en matière de réseaux sociaux et d’application de messagerie instantanée. Ces informations serviraient finalement à élaborer une stratégie efficace contre la concurrence. Ainsi, le fondateur de Facebook aurait en sa possession des données sur les tendances actuelles concernant les applications préférées des internautes, les points forts et faibles de ses compétiteurs. Après cet incident, ce VPN a été retiré de l’Apple store suite à des modifications répondant aux exigences concernant la protection des données personnelles. Par cette manœuvre, Tim Cook, directeur général d’Apple garantit sa neutralité et son engagement client. Google Play Store, en revanche, met toujours à la disposition des mobinautes l’application très controversée.

donnees personnelles
donnees personnelles

Face  à cette accusation…

M. Zuckerberg n’a pas tardé à réagir, il a démenti les accusations contre sa boite en déclarant que le VPN Onavo se limitait à collecter des informations pour des annonceurs voulant effectuer des études de marché. Il a d’ailleurs précisé que l’application signalait distinctement sa demande d’autorisation donnant ainsi le contrôle total au client.

En somme, on peut dire que Facebook, considéré comme le plus grand des réseaux sociaux, est dans une mauvaise passe. Il est perçu comme l’instigateur d’un vol à grande échelle.

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *